Revue de Presse

« Demain, vous allez signer avec votre voix », une start-up se lance dans la biométrie vocale

Avoir voix au chapitre. C’est un peu le leitmotiv de la toute jeune start-up lilloise Whispeak, spécialisée dans la biométrie vocale, laquelle vient de réaliser sa première levée de fonds de 560.000 euros. Son ambition : proposer une solution d’authentification par la voix, rapide et, surtout, en toute sécurité.

« Comme l’empreinte digitale ou la reconnaissance faciale, la voix fait partie de la personne. Demain, vous allez signer avec votre voix ! », explique Jean-François Kleinfinger, président de Whispeak. Cette voix possède un millier de caractéristiques qui la rend unique. « Avec l’appui de l’intelligence artificielle, on peut très vite et très facilement reconnaître ces caractéristiques et identifier une fausse voix », insiste-t-il.

Le marché du vocal estimé à 26 milliards d’euros d’ici à 2025

Avec la crise du Covid-19, les interactions à distance risque donc de devenir la norme pour quelque temps et la voix peut apparaître comme un vecteur privilégié d’échange avec les machines. « Aujourd’hui, il y a des micros partout et la voix, contrairement au visage, est insensible au masque », précise Jean-François Kleinfinger.

Après le développement de la biométrie digitale ou faciale, l’ère de la reconnaissance vocale a-t-elle donc sonné ? L’enjeu du business est colossal : le marché du vocal est estimé à 26 milliards d’euros d’ici à 2025, selon le cabinet Meticulous Research. Au sein de ce marché, le segment de la biométrie vocale doit connaître un taux de croissance de 100 % par an, passant d’une valeur estimée d’un milliard de dollars en 2019 à trois milliards d’ici à 2024.

(Source : 20Minutes)